Accueil > Politiques publiques > Le sport désormais inscrit dans chaque contrat de ville

Le sport désormais inscrit dans chaque contrat de ville

Le 19 avril dernier, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, et Roxana Maracineanu, ministre des Sports, signaient une circulaire interministérielle « Sports-Villes-Inclusion » « inscrivant pour la première fois le sport à des fins d’inclusion sociale dans les contrats de ville ». Publiée ce matin au Journal officiel, celle-ci précise selon quelles modalités chaque contrat de ville doit comprendre désormais un volet intitulé « action sportive à vocation d’inclusion sociale et territoriale ».
Dans le cadre de ces contrats de ville, la circulaire indique que les acteurs socio-sportifs ainsi que ceux du mouvement sportif peuvent notamment mettre en œuvre « ces actions pour l’inclusion par le sport », qui « se distinguent d’une activité sportive « de droit commun » à vocation récréative ou compétitive, car elles comportent toutes une finalité supplémentaire, partie intégrante du projet ».

Projet de territoire
Trois activités, détaillées dans la circulaire, sont encouragées : il s’agit de l’activité sportive « révélatrice de talents », « porteuse de valeurs » et « projet de territoire ». « L’inscription volontariste du sport sur un territoire peut permettre de mobiliser les jeunes publics dans une dynamique d’insertion et/ou de citoyenneté au sein et avec les acteurs de différentes institutions (l’école, l’entreprise…). Le sport peut ainsi favoriser la concertation de l’ensemble des acteurs d’un territoire autour de projets partagés », est-il écrit.
Les préfets de régions sont invités à « appeler l’attention de la collectivité à la nécessité de prévoir l’implantation d’équipements sportifs en accès libre, ouverts ou réservés afin qu’ils répondent à l’ensemble des besoins ». Les financements, eux, proviendront de l’Agence nationale du sport pour l’amorçage et l’émergence des projets. Celle-ci pourra aussi soutenir leur ingénierie et leur modélisation.
Tous les échelons seront mobilisés, font savoir les ministres. Au niveau départemental, sera désigné un référent en charge de développer, sous la coordination des préfets de région, les articulations avec les services de l’orientation et de l’insertion en relation avec les services dédiés à la politique de la ville et avec les services du ministère du travail. L’échelon régional « s’assurera de la cohérence d’intervention de l’agence nationale du sport en matière d’action sportive à vocation d’inclusion sociale et territoriale. Il lui revient également de promouvoir avec les CREPS, les formations répondant aux besoins repérés. Il convient d’ailleurs de signaler le prochain agrément d’un certificat complémentaire « socio-sportif » qui reconnaîtra la double qualification sportive et spécialisée. ».
Au niveau national, le nouveau pôle ressources « sport innovations », situé au Creps des Pays de la Loire pourra apporter un appui à l’ensemble des acteurs.

Télécharger la circulaire.

Source

Laisser un commentaire